Daniel vous raconte le 8 mai 2015, sa randonnée  cyclos vers Mûr de Bretagne – Guerlédan

Nous étions environ une vingtaine de cyclos au SPI, départ prévu à 8 h 15, mais malheureusement la roue du collègue cyclos Hubert, ne voulait pas prendre le départ et faisait de la résistance. Elle a dû toutefois abdiquer et nous partîmes à 8 h 31 sous un temps faisant lui aussi des siennes, mais connaissant les cyclos de Ploëren, rien ne pouvait entamer le moral du groupe bien décidé à en découdre avec ces quelques 165 kilomètres pour le groupe allant jusqu’à Mûr de Bretagne et Baud pour nos accompagnants.

D’ailleurs le tempo est donné dès le début, au goût de certains, un peu trop vite car la mise en jambes semble délicate, mais il y a du chemin à faire si l’on ne veut pas rentrer trop tard, les discussions vont bon train et tout se met en place très rapidement, d’ailleurs les plus assidus nous entraînent dans leurs sillages.

Arrive le moment de nous quitter, non pas vous les lecteurs, mais les collègues qui nous ont accompagnés pour un petit bout de chemin qui représente tout de même une belle distance, merci à eux.

Dans cette manœuvre, je suis d’ailleurs surpris dans ce rond-point car je ne m’attendais pas à ce moment et il m’a fallu réagir très vite, gauche droite, gauche droite, un vêtement a attiré mon attention, merci Patrick, cela m’a permis de prendre la bonne direction et le bon groupe de 12 cyclos : Marie-Hélène H, Patrick B, Roger D, Patrice C, Alain M, Claude T, Laurent T, Jean-Gilles Le V, Jean-Pierre Le M , Roland Le B, Jean-Louis B et  votre narrateur Daniel Q.

Nous voilà, sur la bonne voie et le rythme est toujours soutenu car il nous faut arriver à destination aux environs de midi, ravitaillement oblige même si pour certains d’entre nous c’est un peu difficile.

Des anecdotes sont venues pimenter notre parcours, des étalons (chevaux, bien sûr) voulant nous accompagner pour notre virée, mais la clôture de leur enclos leur rappelant les règles du code de la route et les arrêtant net et bien sûr et toujours des automobiles dont les conducteurs imaginent que la route leur appartient.

Par contre l’histoire de notre 13ème participant qui nous a rejoint avant Malguénac est véritable ! La photo vient vous le démontrer et je vous assure qu’il avait la pêche, (cherchez bien …) même en descente, alors que nous étions à plus de 40 km/h, il se permettait même de faire des cabrioles sur le bas-côté et reprenait sa course effrénée dans le bon sens et certains d’entre nous ne voulant pas se faire dépasser, moi-même par exemple, car il avait tendance à naviguer de droite à gauche et je pense également que les collègues à l’arrière qui devaient admirer la scène, se méfiaient (Alain as-tu fait attention ?). İl nous a tout de même tenu en haleine pendant près de 3 km et il était temps puisqu’en montée, notre compagnon d’un jour revenait sur nous en voulant défier les premiers mais sans méchanceté.

Vous avez peut-être deviné, il s’agissait d’un compagnon à quatre pattes (chien femelle) qui voulait sans doute jouer, son maître n’ayant apparemment pas le même humour. Son périple avec les cyclos de Ploëren lui  valant une correction (trop sévère pour ma part), son propriétaire le recherchant en voiture.

Ce petit interlude passé, nous avons repris notre périple avec toujours plus d’admirateurs à quatre pattes qui nous applaudissent (aboiements), le cliquetis de nos machines devant les déranger dans leur sieste.

Tu oublies notre passage dans le « défilé » avec les anciens combattants lors de la traversée de Cléguérec, qui nous a permis de reprendre notre souffle après la belle grimpette pour arriver dans cette bourgade ! (Patrick)

 Les kilomètres défilant, nous arrivons à Mûr de Bretagne et certains d’entre nous en veulent un peu plus et effectuent la montée mythique de Mûr, dur dur…pendant que d’autres organisent le casse-croûte (merci Marie-Hélène et Laurent). Au fait Marie-Hélène, notre 13ème participant n’a pas eu son casse-croûte !..

En effet Daniel, elle est très dure cette côte de Mûr : moins d’1 kilomètre pour… 5 minutes de grimpette avec un moment à 8 km/h. Oui,  j’ai eu un moment de lucidité – et beaucoup d’inconscience pour y être allé…– pour prendre le temps de lire mon compteur ! en redescendant, par contre, je ne me souviens pas avoir roulé aussi vite : 76,5 (y’a la photo)

Quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons tous au sein d’un bar à Mûr de Bretagne autour d’un  verre et nous restaurer par la collation (ci-dessus) avec l’accord donné par l’établissement, une fois de plus une organisation parfaite et une participation de tous. Alain se régale avec son chausson aux pommes, mais, il faudra qu’il le digère avant et après Pontivy ! Trop gourmand Alain ? Pourtant, depuis le mont Gerbier de jonc, tu le sais qu’il faut manger « léger » … 🙄

Les heures avançant, nous devons penser au retour via le lac de Guerlédan où nous avons fait une petite halte puis le chemin du retour fut pris sous le soleil et la chaleur qui firent leur apparition.

Sur le retour, les montées et descentes successives commencent sérieusement à user les organismes des uns et des autres et bien sûr de moi-même et des écarts se creusent et je me retrouve au-devant quand on arrive à Remungol.  Nous avons subi alors, la montée en puissance du vent pendant une bonne vingtaine de kilomètres du côté de Locminé / Plumelin, puis le retour d’un léger crachin qui nous oblige à « rebâcher »… Et comme par hasard, c’est à ce moment même que les pôles de l’univers s’inversent et nous prenons Roger, Roland, Claude, Jean-Louis et moi le mauvais tuyau (nous nous rendrons compte bien plus tard), mais nous attendrons pendant 14 minutes que le reste du groupe nous rejoigne.

Ayant constaté notre erreur, nous continuons et reprenons à un rythme très soutenu (j’ai failli craquer !) et retrouvons tout le groupe qui a pris le bon tuyau à Grand-Champ. Je suis soulagé car la rentrée au bercail se fait à allure modérée. Ce fût une belle sortie de 160 à 170kms pour certains à 25,33km/h avec un dénivelé de 1 697 mètres (quand même…) et plus de 6h 30 de selle !

Bravo et merci à tous. Daniel Q

Le diaporama sur  https://plus.google.com/

Le lac de Guerlédan vidé et vu par un drone : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne