Les 4 épisodes racontés (surtout par MAX )  en détail ….Merci à Max

La PHOTO souvenir avec les copains de SÉNÉ

Épisode 1

Bonjour à tous.
Je vous ai fait un petit compte rendu de notre périple en Ardèche.
Nous sommes le mercredi 17 juin à 08h00 et je pars à l’aventure sur les routes ardéchoises avec une bande de bretons assoiffés d’asphalte (entre autres…. !) sur le parcours dit « Les Gorges » en 4 jours 480 kms et 8280 m de dénivelé +.
Déja 6 km, et nous arrivons au ravito de Saint Victor. Là, Agecanonix Roger comprend que nous ne sommes pas venu faire de la figuration et que nous allons goûter à toutes les spécialités ardéchoises. Il pense déjà au maillot à pois et il part pour une chevauchée solitaire (comme il sait si bien le faire…). Pour le reste de la meute, la journée va être ponctuée d’arrêts ravitos, photos et réparations. …

Accessoirement, le vent qui ne va pas nous quitter pendant notre voyage, va mettre nos fiers destriers au sol. GRRRRRRRR. À Saint Barthélémy le meil, Jacky nous quitte et part devant. (Pense t’il au maillot de meilleur grimpeur?) Nous nous arrêtons à Saint Pierreville pour la pause fraicheur : 1 verre de bière à la châtaigne et un à la myrtille, HUMMM que c’est bon!

Au col de la Faye, gros col de la journée, nous sommes accueillis par de la musique et nous nous sustentons avec qui un sandwich, qui un plat de pâtes….Après 147 kms, 7h00 de vélo et 2600m de dénivelé+, nous arrivons à Saint Joseph des Bancs au gite « La Boussole ». Nous retrouvons Roger qui est arrivé 2 heures avant nous et qui fait le TAMALOU (normal, il passe toutes les bosses sur la plaque). Et Jacky, mais il est où le Jacky ? ben il n’est pas là… Nous apprenons un peu plus tard qu’il est à Privat. Marie, réussit à se faire prêter un véhicule par la direction pour récupérer la brebis égarée.

PFFFFFT, Jacky! « qu’est ce que c’est 147 kms, trop facile, moi, le grand Jacky, j’en ferai 170. En fin de journée nous avons laissé Roland au bas du dernier col où il va dormir dans un 5 étoiles. Pour ma part, je me retrouve à dormir dans la même chambre que Dominique, le ronfleur, l’un des sages de la bande, avec Jean-Gilles, l’autre ronfleur, la force tranquille et enfin notre Saint Agecanonix, Roger. Alors, lui c’est sûr, il ne ronfle pas,  mais, si j’avais eu un fusil cette nuit là ….?…..

Petite pensée à la soupe à la fraise offerte au dessert par nos Hôtes : Que du bonheur. Max (le barbu sur les photos).

Épisode 2

Seconde étape de notre périple en Ardèche
Après un réveil matinal de notre gite de St Joseph des bancs, départ pour Lanas sous un soleil radieux, mais avec du vent comme en Bretagne. (Quoi, du vent chez nous ? Que nenni ! )
Nous attaquons des le début par un col de 6 kilomètres pour rejoindre la route de Privas, en haut de cette première difficulté nous retrouvons Roland et partons vers Vallon Pont d’Arc. Les routes ne sont pas très larges, beaucoup de descentes dangereuses, mais tout ce passe bien. Après Privas nous avons le col de la Faye : 9 kilomètres d’ascension. En haut de celui ci, nous trouvons les cyclos de Séné : photos de groupe au ravito. Ensuite longue descente vers Vallon Pont d’Arc avec des traversées de très jolis villages avec les villageois accueillant comme à Alba la romaine où nous avons goutté aux spécialités régionales. Nous avons passé les gorges puis somme arrivés à Vallon Pont d’Arc, (superbe) lieu très fréquenté par les touristes….
Après Vallon, Alain et Jacky nous quittent pour raccourcir, un peu de fatigue les amis ? ?
Avant LANAS,  Max, notre coach, demande à ceux qui avaient encore des jambes de faire une boucle supplémentaire  avec la montée du col de Figeyrolle et le passage à Balazuc, joli village… Puis, nous rentrons au camping où nous retrouvons tout le monde… Quelques-uns sont prêts à se mettre à l’eau (allo, à l’eau ? pour le pastaga ?….)  avant d’entamer une soirée très animée !

Bonjour à tous,
Le jeudi 18 juin, nous retrouvons Roland à 8h00 au col de Fayolle après une 1ère montée à froid de 6 km. Jacky se place devant le groupe car, la veille, il à fait une reco du parcours (ton bon coeur te perdra). Le sourire aux lévres, il sait où aller. Ce jour, Roger reste avec nous. Il fait une peu de social (Ou bien, hier, se serait t il un peu ennuyé ?) Il râle car nous n’allons pas assez vite et nous nous arrêtons toujours aux ravitos. À  Sceautres, notre cher doyen entend de drôles d’oiseaux : »Ce sont des cigales Roger, de gros insectes chanteurs du sud, que toi le grand érudit ?…. » Nous atteignons les gorges de l’Ardèche avec Vallon Pont d’ Arc où nous faisons une halte émerveillement et photos. Ce matin , nous avons donné mission à Alain de surveiller Jacky pour ne pas l’ égarer et là….Où sont t ils passés ? Après une descente à tombeaux ouverts avec Roland, Marie réussie à joindre nos 2 enfants dissipés du groupe… Ils sont devant. Ceux ci rentrent directement au camping de l’Arche à Lanas tandis que nous continuons par le très beau défilé de Ruoms.  (Là, Dom, se met devant et nous plante une accélération….).  Pour accéder à Balazuc village emblématique d’Ardèche, nous empruntons une petite côte à 12,15 pour cent, ouille ça  pique !
Nous déposons notre cher ami Roland à Uzer. À Saint Maurice, le groupe se scinde en deux l’un direction la piscine tandis que l ‘autre (Roger, Dom, JP et moi même) direction:  Rochecolombe. Enfin, vers 17 h, nous rejoignons les collègues où certains pataugent tandis que d’autres se préparent à la journée de demain devant des Mousses. Ah, moi qui espère encore progresser dans les cols, je comprends pourquoi le blaireau était si complet…


Nous finissons la journée avec 6h46 de vélo, 152 kms et 2000 m de D+.
Parlons de la soirée au camping… Ah, quelle belle soirée ! Nous avons découvert les talents du barde Assurancetourix Alain (il fera carrière dans le show biz !), de nos hôtes et de la belle voix de Roger. Ce soir, la bière , le kir, le rosé, le rouge ont coulé à flots pour certains pendant que d’autres pensent déjà à la journée de demain…. à suivre ! Max
Bonne lecture à tous

Épisode 3

 Vendredi 19 Juin, le gros morceau est devant nous. Ce matin, certains(Marie…) ont la boule au ventre tandis que d autres ont les cheveux qui poussent dans le crâne (hier, ils ont  du manger quelque chose de pas bien frais ? ?……) Là, notre chef de meute, recherche un itinéraire bis pour escamoter quelques bosses, mais nous serons obligés de passer le col de la croix de Meyran. Deux groupes se forment, l’un escamote quelques côtes tandis que l’autre, rejoint Roland pour grimper quelques bosses en plus (comme si aujourd’hui ça  pouvait nous manquer?). À Largentière , Alain (l’homme qui descend autant de verres de bière que de km de col à escalader) Te voilà « habillé pour l’hiver » mon cher Alain et gratuitement en plus ! et Jacky (l’homme qui descend aussi vite les côtes que  les verres de bière) ..Quel duo de choc ! prennent les chemins de traverse.
À Rocles, nous avons étés attaqués par une tribu de sauvages du cru qui nous ont fait mijoter dans leur marmite. Là Roger, démarre (jeu de mots…!) pour rejoindre Alain et Jacky à Saint Martin  au pied du col. L organisation du groupe change et chaque équipier monte à son rythme. Laurent accompagne, soutient et encourage sa Marie. Dom et Claude, sont devant , montent tranquilles et profitent du paysage.  Alain serre les dents.  Jacky gère et souffre du « popotain ». Jean-Gilles insidieusement crée le trou (plateau de 39). Roland, emmène Mathieu sur son porte bagage. Jean Pierre, en bon coursier, tache de revenir au train sur le maillot à pois qui est loin, très loin devant. Note : Il est possible que je me sois trompe dans le classement, veuillez ne pas m’en tenir rigueur. Arrivés au sommet du col, nous apprenons qu’un de nos équipiers a « bâché ». Ce fut une sage décision ! Avec une partie du groupe, nous nous arrêtons à Loubaresse pour boire une petite mousse et arroser la montée de Marie. Nous repartons avec une petite côte de 15 % environ pendant 5 mn puis 7 % sur 4 km. Laurent et Marie s’arrêtent à mi-côte pour profiter du panorama et apercevoir le Mont Ventoux appelé dans le sud « Le Géant de Provence ».
Le groupe se reforme au col ( 22, 4 kms, 1032 mD+). Au pied du col du Pendu, (le fameux  pendu ?) nous nous restaurons d’un sandwich et d’une mousse (c’est vrai Marie, pas toi pour la bière). Il fait froid et l’équipier manquant nous rejoint. Le col du Pendu est escamoté à une vitesse impressionnante. Les bretons ont les jambes de feu !  (Effet secondaire de …la bière ?)

Nous arrivons au terme de notre parcours de  la journée en atteignant Saint Cirgues en Montagne où nous déposons l’homme aux 4 étoiles et là… Damned ! Je choisis LE RACCOURCi :+6 km et 300 de D+. pour atterrir au camping de Rieutord au bord de la Loire.

Nous dormons dans des mobil homes et sommes reçus pour nous sustenter au « Pub du volcan « . Mes aïeux, quel repas ! Ce jour, nous avons fait  112 kms, 6h20 de vélo et 2500m de D+… Max

Résumé du 3ème jour par Alain
Lanas Usclades Rieutor
Avant la soirée festive avec mon ami Jacky (ah bon ? ) et le repas copieux  préparé  par Catherine et son mari, les propriétaires du camping  (Très bon accueil);  j’avais préparé, pour mes copains, une  petite chanson. (Faudra me donner les paroles pour les mettre ici Alain. OK ? ) Super ambiance… On se rappellera de nous.  Il était temps de se reposer, car le lendemain, une journée difficile nous attendait …

De bon matin (comme pris pour bonne habitude !), nous nous sommes mis à l’ouvrage.
Je me suis dit : « Tu n’as pas le choix ; il faut y aller… » Quel dessert ! Que des bosses !

Le col de Meyrand : 22 kms d’ascension  de 5 % à 9 % !

Puis, le col du Pendu (facile à retenir comme nom !) à 1435 m d’altitude… Je vous avoue humblement que j’ai mis pied à terre au 19éme km… Un grand merci Claude, pour ton aide. Les 3 derniers km sont effectués, pour moi, dans ….la voiture balai ! OUPS !  Le chauffeur, une personne sympathique, me dépose à l’intersection Arrêt Ravito, et me laisse là ! Le froid m’envahit (BRRRrrrrr) et je me dis : « Je file sur le col du Pendu (encore ? ? ?) et voyant l’avancée de l’heure,  je me pose des questions sur mon sort… et donc, je continue ma route. !
Au bout d’un moment, je me pose TOUJOURS autant de questions !!! Je téléphone aux copains… sans réponse ! Le réseau ne passe pas partout.  Puis, Jacky me rappelle, et il me dit : « Redescends pour le casse croûte ! « .  Il me fallait faire demi tour et remonter cette P….bosse du col du Pendu… Bref, je vais m’en souvenir longtemps !!!  Journée difficile : No comment !!!

Il faut vraiment avoir de la « niaque » pour effectuer ces 4 jours !
Et maintenant, vous,  cyclos de Ploëren et autres lecteurs, Venez avec nous dès l’an prochain !
Alain M.

Épisode 4

Ce samedi, dernier jour de l’Ardéchoise, Roland nous rejoint au camping et nous repartons direction Sainte Eulalie.
Il fait grand beau mais un peu frais sur le plateau ardéchois aux sources de la Loire. Nous parcourons cette belle rivière avec le mont Gerbier de Jonc en point de mire.
Que la  montagne est belle, comment peut-on s’imaginer en voyant , etc… (Jean Ferrat)………. Ce matin, Roger va enfoncer le clou, le meilleur grimpeur, c’est pour lui ! Mais , c’est sans compter sur JP et  Mathieu « lou pitchoune » qui se mettent dans sa roue. La montée se fait sur un rythme effréné. Lancé comme une balle, l’ancien essaie de faire péter ses poursuivants mais la jeunesse a le dernier mot. Mathieu accélère au dernier km et passe le sommet devant JP et Roger.
Après le regroupement, nous entamons le descente sur Saint Martial et son lac, à bloc pour certains, un peu plus cool pour d’autres. Puis, vient St Martin de Valamas où nous gravissons la côte qui rejoint Saint Agreve. Nous avons pu chanter, avec d’autres cyclos, quelques couplets de nos chansons les plus connues. Puis la côte de Rochepaule et, enfin le gros morceau de la journée des grands cols (6kms D+350m moy 5,7 %) pour rejoindre Lalouvesc avec la musique qui nous accompagne tout le long. Notre périple est terminé, nous sommes déjà de retour à Saint Félicien avec quelques 15000 autres participants partis pour 4, 3, 2 ou 1 seul jour.
Mention TB pour les bénévoles qui nous ont bien reçu dans leurs belles contrées, toujours un mot gentil, des encouragements, de grands et bons ravitos (cerises, crème de marron, caillette, croissants…..)
Nous avons étés logés et nourris dans des sites et par des hôtes de première classe…….
Enfin, l’équipe :
Marie, la maman et Laurent, le patriarche; qui ont permis cette belle épopée. La petite femme du groupe, prévenante, gérant le quotidien, tâchant, toujours dans la bonne humeur, de remettre dans le droit chemin les plus dissipés. Elle s’est préoccupée des érythèmes fessiers des petits. Elle a même essayé de déplacer un mobile-home du coté de Lanas. Et tout ça sans bière ? C’est quoi sa potion magique ?
Laurent, le soutien sans faille de sa moitié,  l’un des sages du groupe malgré son jeune âge. Quelle patience ! On peut transporter 10 kg de ravitaillement dans les poches du maillot, Oui , c est possible ! Laurent l’a fait.
Dom, quand Laurent part devant, Marie se voyait affublée d’un équipier de luxe toujours là pour l’encourager.
Jean Gilles, la force tranquille du groupe, jamais un mot plus haut que l’autre, toujours cool, quel plaisir de rouler avec toi !
Mathieu, le petiot de la bande, mon compagnon de chambrée, attention à ce que vous dites, il a toujours un petit mot bien place pour faire sourire.
Roland, l’un de nos anciens, une horloge d’orfèvre sur le vélo.
Roger, difficile à cerner, on ne sait jamais s’il est sérieux ou pince sans rire (les deux, mon capitaine !). Il est plein d’habitudes, de beaucoup d’habitudes, quelquefois pénible mais en fin de compte très attachant et quel sportif !
Jean Pierre, le grimpeur de l équipe, demain si j avais besoin d un camarade de montagne, je te choisirais. Toujours économe de sa personne sur le vélo.
Claude, le plus réservé de la bande, il n’était jamais bien loin des deux fêtards.
Alain, le « poète ». Ah! que c’est dur de grimper les cols après une soirée un peu arrosée ! (un peu … ? )
Jacky, enfin, le gars au sourire greffé sur le visage. Pourrais tu me donner l’adresse de ton chirurgien plastique ?  il a fait du super boulot 😆  (demande à Marie-Paule !) 
À vous tous, merci. Malgré mon expérience sur l’Ardéchoise, vous m’avez permis de découvrir d’autres facettes de cette belle cyclo.
En espérant un jour vous retrouver pour d’autres aventures, bien amicalement. Max
Le point de vue de Dominique …
Aujourd’hui, ça sent bon l’écurie, retour sur St Félicien.
Non pas que nous soyons pressés de rentrer tant l’ambiance et les paysages sont TOP ! (sauf peut-être pour Jacky qui ne peut plus s’asseoir…).

Hier soir, étape au camping de Usclade et Rieutor  où Alain a tenu à ce que j’aie une chambre seul (trop bon,… Alain !) et après une bonne douche et une ?… petite mousse, direction le resto d’altitude pour un excellent repas, un accueil ardéchois chaleureux  et une ambiance festive partagée avec d’autres cyclos dont Marie Hélène a voulu voir la face avant de l’un d’eux (elle vous racontera!!).

Départ à 8h30, après avoir retrouvé Roland qui fait toujours hôtel VIP à part, et freiné Roger qui fait chauffer le pneu arrière depuis un bon quart d’heure, direction : St Félicien.  Çà descend fort aujourd’hui et Roger manque d’emmener un cyclo qui monte chargé comme un mulet et Jacky qui nous fait un numéro de descente acrobatique à plus de 70 mais reste en danseuse dès que ça monte pour cause de « cul » sensible.

Je passe les ravitos toujours aussi tops, les derniers cols que nous grimpons allègrement, et nous arrivons à notre point de départ groupés et tous aux couleurs du club (sauf bien sur les deux indépendants du Sud et du Loir et Cher) . Nous nous retrouvons tous sur la pelouse du terrain de foot pour partager un pique nique avec un bon millier de cyclos.

Retour au parking avec le gros sac et le vélo, pas facile car ça grimpe dur. Adieux déchirants avec Max qui a ensoleillé notre séjour du début à la fin (à bientôt en Bretagne, Max que l’on te présente aux copains du club).

Ensuite la route jusqu’à Clermont-Ferrand, nuit au Baladin où chacun a formé son groupe, et retour le dimanche à Vannes ou nous nous séparons après que Roger ait fait les comptes de main de maître.

Resterons d’excellents souvenirs, de belles images plein la tête, et la promesse de nouvelles aventures.

Un grand merci à « maman » Marie-Hélène et à Laurent pour cette superbe organisation. Dominique H.

Le compte-rendu de Jean-Gilles :

Salut à tous, nous devions Jacky et moi, vous faire part de notre vécu sur la 1ère journée de l’Ardéchoise. Mais mon collègue s’est échappé et son message est : R A S que vous vous aurez traduit bien sur en NOUS Reviendrons à l’Ardéchoise, Sûrement. Sans épisode 1, pas de série sauf pour les feux de l’amour. Celle-ci  s’appelle les feux de la route et aura son épilogue .
Aussi, je m’attèle à la tâche, même si, je ne serai pas aussi prolifique que Max, que je salue au passage.

La Nuit précédant le départ ne restera pas dans nos mémoires. Vite oubliée, grâce aux  super journées que nous allons vivre par la suite. Au départ, nous retrouvons Max et Roland et en route pour de nouvelles aventures. Au bout de 5 bornes, déjà un ravito, auquel nous faisons honneur en personnes bien éduquées, et nous repartons après avoir goûté aux spécialités locales.

Grande descente et déjà un accident, le malheureux ne verra pas la suite car clavicule HS. Qui dit descente dit …montée et nous ne sommes pas déçus, selon certains 18% , 16% pour d’autres, mais la pente est raide et lorsqu’on oublie de mettre tout à gauche, on reste scotché. Philippe a du monter des pneus en scratch. Ça promet. En haut, il faut récupérer, un autre ravito suit ouf !! Roger a déjà pris les devants. J’espère que ce soir nous n’aurons pas le maillot jaune à défendre. Max, pourtant habitué de l’épreuve, n’a pas du comprendre le fonctionnement. Il fait des aller-retours, comme s’il cherchait sa route. Jean pierre s’éclate, la montagne ça lui plaît, et que c’est compliqué de le suivre. Roland, le métronome, monte très bien à son rythme. Mathieu, le jeunot, éprouve quelques difficultés, mais au fil des jours, il  ira en s’améliorant jusqu’à coiffer Roger le dernier jour. Avec un peu d’entrainement , il sera très bon. Le parcours est agréable quoique très compliqué (2700m de dénivelé positif) . Les ravitos se suivent. nous goûtons aux spécialités du pays. Nous pensons enfin, je pense, dans la difficulté, à (aux) la bière(s) qui nous attend(ent) à l’arrivée. Et là, Jacky, n’en pouvant plus d’attendre le St Graal, s’échappe. Il avale le col de Fayolle, sans mousse, et ivre de son ascension , poursuit sa route. Là, il ne se « Privas » de rien.  2 bières en terrasse à nous attendre, mais l’étape s’arrêtait à St Joseph des bancs, 25 km avant ! !. C’est bon, nous avons un éclaireur. St Joseph des bancs le bien nommé pour s’asseoir et déguster une bonne bière bien fraîche. Roger est arrivé depuis  longtemps. Quel ennui à nous attendre et pour nous :  Quelle journée ! Mais, il faut sauver le soldat Jacky. Max en bon secouriste s’y colle. Tout le monde est réuni pour le bon repas. ouf. Je finirai  mon récit en remerciant Laurent et Marie Hélène pour m’avoir motivé à y participer et qui  qui ont tout organisé. Un grand merci à tous  mes copains de route  que j’aurai plaisir à retrouver le dimanche. Et un grand merci à Max, personne oh combien attachante, de nous avoir accompagné, même s’il nous a fait faire du rab, et comme je l’ai raconté un peu plus haut, il ne connaissait pas le parcours. Quel talent de grimpeur, çà me laisse rêveur. D’ailleurs je vais me coucher …. Jean-Gilles.

 

VOS commentaires :

Cher Max,
Je garderai pour ma part un excellent souvenir de cette virée en Ardèche et ce, grâce à toi. Ce fut un immense plaisir de faire ta connaissance et j’espère que tu auras l’occasion de venir par chez nous … Pas seulement pour te tester sur le plat !!  Merci pour le travail accompli sur le terrain (aller-retour dans les pentes !! poisson-pilote pour ceux qui étaient en difficulté, ton humour et ta gouaille sudistes !!) ; sans oublier que tu nous sauves la mise en faisant le petit reporter de luxe pour l’Amicale des Cyclos de Ploëren !!
Moi, tu ne me proposes pas de faire du vélo avec moi -tant pis pour toi !!- mais j’accepterai comme les autres de rester ton ami.
Je t’embrasse.  Roger

Les Photos  ? … ben…. elles sont visibles en cliquant sur le lien Ardéchoise 2015

L’Ardéchoise 2014 …. c’est par ici !