RV

Arrivé à Annecy depuis le mercredi, j’ai pu m’adapter à la montée de cols avant l’épreuve du dimanche, flâner dans les rues de la jolie vieille ville, rencontrer les amis d’Overstim au village de l’étape. N’empêche que la nuit précédant l’épreuve, je n’ai pratiquement pas dormi (la chaleur, le stress, les ronflements des voisins, etc.).

Bref, j’avais mis mon réveil à 6h15 mais à 5h30 j’étais debout !!

Mon gîte se trouvant en pleine campagne à 8 Km du centre ville (si quelqu’un veut cette bonne adresse…),  j’ai enfourché mon  vélo à 6 heures, et déjà des péripéties : une voiture décapotable me coupe la route, un homme ivre et complètement … à poil  m’interpelle. Ouf !!! J’arrive dans mon sas de  départ vers 6h30. Que de monde déjà mais la vue superbe sur le Lac, avec ce ciel lumineux, me fait oublier ce qui m’attend.

Super ambiance dans le sas, ça rigole,ça chante et ça discute technique : un gars du pays me fait douter en me disant que mon 34×25 sera trop juste pour monter le Semnoz, dernier col de l’épreuve. On verra bien…

Il est 7h et les premiers s’élancent et moi avec le dossard 5804, je ne démarre qu’à 7h42 !! Les derniers ne partiront qu’à 9h.

Les 8 premiers kilomètres sont plats et rapides le long du Lac. Une enseigne annonce déjà 24 degrés !!!

Un dernier rond point et on tourne à droite pour entamer l’ascension de la côte de Puget (5.4 Km à 5.9% de moyenne) avec des passages à 8-9%.Il faut déjà prendre son rythme de grimpette pour s’économiser en vue de la suite( au total 128 Km et 3600 m de dénivelé). Une courte descente et on monte la côte de Leschaux(3.6km à 6,2%). On se retrouve au milieu des fermes et des vaches à 500m au dessus du Lac après seulement 11 kms.

La partie qui suit est une belle route constituée de faux plats descendants et de courtes montées casse pattes. Je gère mes efforts et pense à m’alimenter et m’hydrater.

Après un premier arrêt à Le Châtelard, j’entame la montée de la côte d’Aillon le vieux (6km à 4%) suivi de 4 Km de faux plats montants et descendants (toujours en prise) avant d’attaquer le col des Prés (3,5 Km à 6,9%) avec ses 2 derniers kilomètres à 8%. Pas de problème, tout se passe bien.

Commence alors les  10 premiers kilomètres de vraie descente. Elle est rapide et facile à négocier. Malgré cela, je suis ralenti par les secouristes qui s’affairent autour de cyclistes au sol.

En bas, on vire à droite pour commencer la première grosse difficulté de la journée ; Le Mont Revard (16km à 5,6%) est long. Vous allez dire que le pourcentage est raisonnable…mais cette montée commence par le Col de Plainpalais sur 9 Km avec presque toujours 7- 8% avec des passages à 10% et les 3 derniers kilomètres sont à 3,5%.Il fallait bien gérer, toujours en prévision de la montée finale. Le ravitaillement en haut arrivait à point nommé.

Après ce petit repos, j’entame une belle descente (avec encore des chutes) suivi, de 24 Km de transition toujours vallonnée (apparemment le plat n’existe pas dans le Massif des Bauges).

Arrive la montée finale du Semnoz (10,7km à 8,5%). Il est 14h15 et je doute car il fait très chaud. Les premières rampes à la sortie du village sont terribles (+ de 10%sur 3 Km). Ensuite durant toute  l’ascension, la pente oscille entre 8 et 10 % à part un léger replat à 6-7% à mi pente. Je galère et je repense à mon « conseiller » du matin : je regrette de ne pas avoir le pignon de 27 ou 28. Heureusement que la majorité de la montée est à l’ombre. Les 2 derniers  kilomètres sont très durs (les crampes arrivent dans les cuisses). Je m’accroche, le public nous encourage (quelle foule !!). J’en ai la chair de poule… Un dernier virage à droite et enfin la délivrance.

Mon compteur affiche 6h56 de vélo (mais avec les arrêts mon temps officiel est 7h31.)

Avant de redescendre à Annecy (18 Km sans pédaler !!) une petite « mousse » bienvenue s’impose, Les bars doivent faire fortune !!

En bas, les 2 derniers kilomètres dans la ville d’Annecy sont impressionnants : je ne sais pas combien de personnes sont présentes, en tout cas, tous ces applaudissements et félicitations font chaud au coeur et font oublier la fatigue.

Je profite au maximum de cette ferveur avant de reprendre mon vélo, car j’ai encore 8 Km de montée vers ma chambre d’hôte !!!!  (Et sans doute Hervé, tu n’as pas eu besoin de somnifères ! commentaire de Patrick)

RV

 

BRAVO  Hervé !  beau classement

Dossard Nom Prénom Catégorie Temps de montée Temps réel
5804 le B Hervé DMan

04:42:20

07:30:51

belle photo :
photo

CHAPEAU bas et respect pour  Hervé !

Merci pour ton récit, en détaillé de tes (presque) 7 h  de selle !